La journée commence par le rêve

La journée commence par le rêve

Le Podcast belge qui parle de spiritualité, de science et d’inconscience

Marcelin Willems

Sortir de son corps la nuit, décrypter des rêves importants, revivre des souvenirs inconscients, recevoir des messages d’ailleurs... Tous ces phénomènes d’un caractère si vif, parfois plus réels que la réalité, au-delà de nos perceptions ordinaires, sont vécus par beaucoup et connus depuis la nuit des temps. Afin d'approfondir lectures et expériences, Marcelin Willems part à la rencontre, dictaphone à la main, de journalistes, scientifiques, sages et personnes avec des aptitudes particulières. Mixage et réalisation : Maxime Wathieu

En cours de lecture

2-1 - Alchimie - Stéphane Feye

Marcelin Willems reçoit dans "La Journée commence par le Rêve" le Professeur Stéphane Feye, traducteur de nombreux ouvrages d’Alchimie. Les liens entre le monde des rêves et l'alchimie sont si évidents qu'il est cohérent d'admettre qu’un même processus est à l’œuvre derrière ces mondes symboliques. L'Alchimie pourrait-elle être un pont entre art, science, philosophie et spiritualité ? Et qu'est-ce que l'Alchimie si secrète et si ancienne peut nous apporter aujourd'hui ?

Thèmes abordés dans ce podcast :

  • Une double rencontre, d'une part avec le livre "Le Message retrouvé", versets reçus d'un ailleurs par Louis Cattiaux de 1938 à sa mort et d'autre part avec Emmanuel d’Hooghvorst, philosophe et alchimiste
  • La fondation de Schola Nova, une école privée, unique en son genre, où le latin y est parlé couramment
  • Qu'est-ce que l’Alchimie ? Est-elle l’ancêtre médiéval de la chimie ? Est-elle l’Art des métamorphoses que l’Humain opère en se basant sur la Nature et ses cycles ? Est-elle un travail en laboratoire, le Grand Œuvre, pour obtenir la pierre philosophale qui transforme les métaux en or et par analogie transforme aussi l’Humain ? Ou le laboratoire est-il plutôt intérieur et initiatique nous permettant d’affronter le dragon symbolique qui se cache dans notre inconscient ? Existe-t-il autant d’Alchimies que d’Alchimistes ?
  • Quel est le lien entre Hermétisme (de Hermès Trismégiste, un personnage mythique de l'Antiquité grecque et égyptienne) et l'Alchimie ?
  • Est-ce le bouillonnement d'idées à la Renaissance qui a permis cette filiation (on pense à la traduction du corpus Hermétique par Marsile Ficin à qui l’on doit probablement les arcanes majeurs du tarot synthétisés sur la base de savoirs anciens) ?
  • Quel peut-on penser de l'exploration des mythes Grecs et Égyptiens vus comme les allégories des étapes du Grand Œuvre alchimique par Michaël Maïer, alchimiste, médecin et conseiller de l’Empereur Rodolphe II ?
  • Est-ce que le langage symbolique et secret est utilisé par les Alchimistes pour faire de leur art une connaissance élitiste ou pour ne révéler l'Art qu’aux chercheurs sincères en égarant les autres ?
  • Jusqu’à la Renaissance, la perception de l’Alchimie était fort différente de la vision répandue aujourd’hui qui oppose la Science à l’Art et au Sacré. Est-ce que cette vision actuelle, compartimentée, est l’héritage d’un rationalisme poussé à l’extrême ?

Qu'est-ce que l'alchimie ?

En général, l'alchimie passe pour avoir été l'œuvre des charlatans, des escrocs, des faux-monnayeurs et le refuge d'illuminés. Pourtant l'alchimie fut une véritable science et une philosophie avec ses théories propres dont l'ambition n'était autre que concevoir la vie intime de la matière en s'efforçant de découvrir la loi universelle qui relie la matière au grand ordre de l'univers. Il ne faut pas tomber dans l'erreur consistant à dire que l'alchimie s'adonne principalement à la recherche de la pierre philosophale qui permet de transformer les métaux en or. Il faut abandonner le cliché qui faisait de l'alchimiste un chercheur d'or farfelu. La soif d'or humaine a masqué la véritable consécration de l'alchimie qui est, avant tout, une philosophie qui englobe toutes les branches de l'activité vivante, humaine ou non.

Si l'on regarde la liste des adeptes, des initiés, on s'aperçoit qu'elle ne comporte que des sages en avance sur leur époque, des érudits qui ne prétendaient pas faire des miracles ou de la magie, ni des transformations chimiques ou physiques, mais la poursuite des trois buts suivants :

  1. Permettre de transmuter le vil en or (pierre philosophale) ;
  2. Obtenir la panacée universelle (soigner ses maux) ;
  3. Atteindre l'immortalité (s'approcher des mystères de la vie, de la mort, de l'après-vie, de Dieu...). En poursuivant ces idéaux, l'alchimie permet à l'initié de se transformer (transmuter) et d'atteindre le bonheur.

Mixage et réalisation : Maxime Wathieu

En cours de lecture

2-2 - Cabale (Partie 1) - Caroline Thuysbaert

Caroline Thuysbaert qui a étudié l'Alchimie et la Cabale, la tradition ésotérique du judaïsme, établissant, pour ne pas dire rétablissant, des ponts entre ces deux traditions.

Si le mot Cabale (ou Kabbale) a acquis une valeur péjorative, il n’en a pas toujours été ainsi. L’origine de la Cabale est parfaitement honorable. Sans doute sa chute s’explique-t-elle par la récupération de certains thèmes toujours très actuels détournés en préceptes de développement personnel instagrammables ainsi que la difficulté de saisir ce qu’est exactement la Cabale.

Thèmes abordés dans ce podcast :

  • Quelques mots sur l'idée de perpétuer avec Schola Nova l’école fondée en 1517 à Louvain, inspirée par le philosophe et humaniste Erasme, le Collégium Trilingue qui repose sur l’apprentissage du Latin, du Grec et de l’Hébreu.
  • Quelles sont les premières impressions en découvrant la langue rituelle de la religion juive ?
  • En quoi la Kabbale sauce New Age, dont certaines stars américaines comme Madonna ont été les figures de proue et régulièrement mise en avant dans les médias, diffère-t-elle de la Tradition et ne met-elle pas en danger cette dernière en lui faisant perdre son intégrité ?
  • Est-ce que les personnes qui prennent au premier degré la Bible, et donc nient l’aspect symbolique, passent à côté du véritable message ?
  • Les aspects importants de la Cabale comme la Témoura, l’échange de lettres pour former d’autres mots et d’autres sens, le Notarikon, le regroupement de lettres de plusieurs mots pour en former de nouveaux, et la Gématria, l’interprétation de textes bibliques en additionnant la valeur numérique des lettres et des versets, ce qui permet de mettre en relation des mots et des passages ayant une même valeur numérique et de s’interroger sur leurs rapports.
  • Pourquoi, aujourd’hui, dans notre société occidentale, le rationaliste préfère gommer le côté mystique pourtant indissociable des connaissances des Anciens ?
  • Est-ce que les points communs entre Alchimie et Cabale sont des relectures tardives essayant de voir des liens entre tout ou est-ce que tous les grands maîtres du passé qu’ils soient alchimistes, kabbalistes, hindouistes, taoïstes ont perçu les mêmes choses, mais les ont exprimées avec leurs mots et leurs références ?
  • Similitudes entre La Table d’Émeraude (Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas) et le Prophète Moïse qui reçoit les tables de la loi sur le mont Sinaï.
  • Qu'est-ce que l’arbre de vie et ses Sefiroth ?
  • Le Zohar, Livre de la Splendeur, l’un des plus fameux ouvrages ésotériques de la Torah, et le Tétragramme.
  • Que penser du concept d’Ein Sof, la divinité infinie et inconnaissable hors de toute capacité cognitive ? Est-ce cet infini que les chercheuses et les chercheurs sincères poursuivent tout en gardant à l’esprit que, tant qu’ils seront incarnés ici, ils ne pourront jamais l’atteindre ?

Qu'est-ce que la Kabbale juive et la Cabale alchimique ?

Zozime le Panopolitain nous dit que l'alchimie est un authentique « Mystèrion » : la révélation peut se faire au milieu d'un songe, lors d'une communication intime et intérieure d'un instant avec un Maître, un Messager, un Ange... L'âme se sent ainsi soulevée et se met à gravir les degrés de l'échelle mystique. Ce manège spirituel se retrouve dans toutes les religions du monde, quand l'humain est mis en rapport direct avec la divinité. L'alchimie est une philosophie qui tire sa force de la connaissance la plus parfaite de la nature.

Selon les plus anciennes traditions égyptiennes, l'humain est d'essence divine et porte le nom de Toth. Dans la Bible, il devient Adam, nom donné par la « voix des anges ». Selon Zozime, Adam est un symbole (comme le contenu de la Bible d'ailleurs) qui signifie : « terre vierge, terre sanglante, terre de feu, terre de chair », les constituants fondamentaux de la matière.

La kabbale juive, connaissance ésotérique et symbolique de la Bible, et la cabale alchimique, pour forger des textes ésotériques, accessibles aux initiés (profanes possédant les vertus et les qualités pour espérer un jour devenir Adeptes), utilisèrent trois méthodes :

  • Le Notarikon, formation de nouveaux mots à partir d'autres mots ou lettres (exemple : le Vitriol des Alchimistes pourrait signifier Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem, Visite l'intérieur de la terre et en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée ; INRI sur la Croix du Christ : Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm ou Igne Natura Renovatur Integra, Le feu renouvelle tout dans la nature) ;
  • La Guématria, remplacer les lettres par une valeur numérique et associer à des valeurs numériques différentes (rappelle la numérologie) ;
  • La Thémoura, transposer les lettres d'un mot pour en former un nouveau

Mixage et réalisation : Maxime Wathieu

En cours de lecture

2-3 - Cabale (Partie 2) - Odile Dapsens

Marcelin Willems reçoit dans "La Journée commence par le Rêve" Odile Dapsens, Docteure en Histoire qui a réalisé sa thèse sur le Sefer Raziel, le livre de l'Ange Raziel, à l’Université de Louvain en cotutelle avec l'Université d’Orléans.

Le livre de Raziel évoque le récit d’un ange qui transmet une connaissance aux Humains, symbolisés ici par le premier homme de la Genèse, Adam. Pourquoi ce genre d’histoire a-t-elle réussi à traverser le temps ? Est-ce parce qu’elle réveille quelque chose de profond en nous qui remonte à une tradition oubliée ? Est-il possible de s’intéresser avec sérieux à l’Ange Raziel et par extension aux Anges sans passer pour un cinglé ?

Thèmes abordés dans ce podcast :

  • Pourquoi étudier Le Sefer Raziel en particulier ?
  • Le prologue raconte une initiation angélique. De quoi s'agit-il ?
  • Pourquoi le Sefer Raziel a-t-il traversé les siècles ? Que penser des recettes de magie, des talismans par rapport à son introduction ?
  • Qu’est-ce qu’un ange ? L’image exacte de l’ange n’existe pas vraiment. On pense tout de suite aux ailes qui n’ont pas toujours existé selon les époques. Alors est-ce un idéal symbolique à atteindre ? Un Moi céleste ? Un Maître qui vient d’En Haut ? Un messager des Dieux ? Une échelle qui relie la Terre au Ciel ?
  • Comment sont les anges dans le Sefer Raziel ? Quelles sont leurs principales caractéristiques ?
  • Dans la Tradition, les rêves, ou plutôt les songes, sont la voie la plus fréquente par laquelle les anges instruisent des mystères et transmettent des messages. Le psychiatre Jung révélait dans ses mémoires avoir rencontré en rêve un être ailé nommé Philémon qui pouvait énoncer des dires qu’il ne savait pas, qu’il ne pensait pas et qui lui donnait à voir des choses allant à l’encontre de lui-même. Le Zohar explique que nous quittons la nuit notre corps pour rejoindre des sphères angéliques et en rapporter de la connaissance. Comment expliquer ce lien et est-ce que le Sefer Raziel l’évoque ?
  • Est-ce qu’on pourrait dire qu’il existe un lien entre les anges, Hermès et l’Alchimie ?
  • Que penser des 72 noms obtenus en étirant les versets de l’Exode 14, dans la Bible, de 19 à 21 comme un voile replié trois fois sur lui-même afin de former 72 séries de trois lettres ? S'agit-il de 72 noms de Dieu ? 72 souffles ? 72 anges ? 72 génies ? Que peut-on en penser étant donné que le Sefer Raziel liste beaucoup plus d’anges que 72 ?
  • Aujourd’hui, nombreux affirment que les techniques de l’alchimie sont dépassées, contredites par la science, qu’il y avait énormément de faussaires et d’escrocs. En même temps, il existe une énorme littérature New Age, et beaucoup sur les Anges d’ailleurs, qui repose sur la Tradition en l’actualisant, en l’orientant, en l’édulcorant parfois pour nos esprits d’occidentaux du 21ème siècle. Comment se situer ? Qu’est-ce que l’étude de tous ces textes alchimiques, kabbalistiques, peut nous apporter aujourd’hui ?

L'alchimie et la Cabale ne se développent pas, elle se transmettent.

Pour cela, le cabaliste et l'alchimiste multiplient les expériences et les recherches vers le passé, vers les auteurs anciens et les Traditions car ils sont persuadés que l'Art sacré fut bien vivant et que les ancêtres lointains connaissaient le secret. Ils croient que les initiés, formant une chaîne, se sont transmis le secret jusqu'à son époque et ils vont s'efforcer de poursuivre ses recherches.

Rien de nouveau n'est découvert. C'est à l' « adepte », l'initié qui œuvre par amour de l'Art, qui a appris son savoir d'un « Maître », de chercher à réaliser le « Grand Œuvre », l'obtention de l'or philosophal, toujours par un moyen immuable. Contrairement aux sciences expérimentales actuelles, l'alchimie n'a pas évolué pendant des millénaires. Elle n'a subi aucun avancement spectaculaire dû à un « adepte » exceptionnel. Chaque fois qu'une telle éventualité se présentait, l'alchimiste obscurcissait volontairement ses textes, se retranchait dans une réserve inexplicable comme sous l'effet d'une grande frayeur après avoir échappé à un danger. L'alchimiste, travailleur infatigable dans ses recherches, semblait paralysé par la consécration de ses travaux. Lui, qui avait œuvré patiemment envers et contre tous, parfois une vie durant, n'a jamais profité de ses pouvoirs acquis. Jamais un alchimiste n'a fait irruption pour proclamer sa réussite. Nous sommes amenés à nous demander si la révélation ne dépassait pas de beaucoup celle envisagée ; si le secret percé n'était pas d'une tout autre nature au point que sa connaissance poussait l'adepte à délaisser les pouvoirs annexes des transmutations. L'ascension de l'initié semblait se faire de façon exponentielle, c'est-à-dire qu'arrivé au seuil de la barrière, le dernier pas en faisait quelqu'un d'éminemment supérieur à un homme riche. Et si l'alchimie contenait, en fin de compte, la révélation de notre essence ?

Mixage et réalisation : Maxime Wathieu

En cours de lecture

2-4 - Lithothérapie - Regina Martino

Marcelin Willems reçoit dans "La Journée commence par le Rêve" Regina Martino, bioénergéticienne et lithothérapeute qui réconcilie analyse scientifique avec des mesures et des protocoles très précis et démarche ésotérique en utilisant clairvoyance et ressentis.

Qu'est-ce que la lithothérapie ? Le mot Lithothérapie vient du grec ancien líthos « pierre » et Thérapie, « soin », cet assemblage signifie donc soin en utilisant des pierres. De tous temps, les Humains ont entretenu une relation particulière avec le monde minéral : un règne en apparence statique mais qui contient une mémoire mystérieuse. La lithothérapie pourrait-elle être une forme d’Alchimie moderne ? Serait-il possible, au contact des pierres, de vivre une transmutation intérieure ? Que penser du succès de ces interactions avec les pierres et les cristaux qui font le buzz sur internet et les réseaux sociaux ?

Thèmes abordés dans ce podcast :

  • Les débuts prophétiques de ce qu'allait être le parcours de Regina Martino.
  • Le Dzogchen ou grande complétude, une tradition du Bouddhisme Tibétain qui consiste à comprendre notre état primordial, naturel, et à appliquer cette connaissance dans notre vie, point de départ d'une voie visant à comprendre l'Humain et la conscience ?
  • En quoi consiste la pratique du yoga du rêve ?
  • Notre société cartésienne a tendance à opposer démarche scientifique et intuitions. Pourtant, ne sont-elles pas complémentaires ?
  • La lithothérapie est-elle une forme d’Alchimie moderne ?
  • Que penser de la fascination pour les météorites et les tectites (comme le verre lybique ou la Moldavite) et l'emballement provoqué sur les réseaux sociaux ? Est-ce que cette fascination étrange est justifiée ? Peut-on y voir un lien avec l'Alchimie ou les religions ? (l’émeraude tombée du ciel qui aurait servi à façonner le Saint Graal, l’esprit du cosmos qui est de couleur verte, le lion vert qui dévore le soleil, la pierre noire de l’Islam tombée du Ciel reçue par Mahomet puis placée sur l’un des murs de la grande mosquée de la Mecque...)
  • Quelques mots sur la Shungite, une roche noire constituée il y a plus de 2 milliards d’années à partir d’organismes vivants unicellulaires.
  • Pourquoi la majorité de ce qu’on peut lire sur Internet ou dans les ouvrages sur le sujet prétendent qu'il faut "recharger" les pierres ?
  • Pourquoi faut-il arrêter de prendre des pierres et des cristaux pour se protéger ? Est-ce que ce ne serait pas une question d’égo de vouloir se protéger des autres ?

La lithothérapie serait-elle une forme d’Alchimie moderne ?

Malgré son apparente stagnation, l'alchimie a toujours compté nombre d'adeptes, ce qui montre la valeur de ses prétentions. Mais, si l'ésotérisme dont elle s'entourait était séduisant pour les théories révolutionnaires cherchant un refuge, il a aussi permis à des problèmes de s'immiscer, attirant les foudres des bien-pensants et de l'autorité. Le Moyen Age a fait de l'alchimiste un proscrit, un magicien, un occultiste, un damné envoyé par le diable pour des recherches maléfiques. C'est ainsi que nous trouvons l'alchimie reine au sein des sociétés secrètes, porteuses d'idées rebelles qui la dévient un peu de son droit chemin.

Les Alchimistes se mêlaient, au XIIème et XIIIème siècle, aux trouvères ou aux troubadours qui parcouraient le vieux continent et amassaient une somme fantastique de connaissances. Le meilleur moyen de transmettre une idée était celui de la musique, aussi la méthode d'écriture musicale pouvait servir de symboles d'opérations chymiques. Cette méthode musicale était à l'honneur dans les couvents et monastères où la liberté de pensée et d'écriture était contrôlée. Les vrais trouvères connaissaient la musique d'oreille et ne l'écrivaient pas ; pour cette raison les compositions musicales de cette époque sont le fait d'alchimistes errants et les sérénades qu'ils ont écrites reflètent leurs préoccupations hermétiques.

L'obscurité des écrits alchimiques et la vague de rationalisme du siècle dernier, en ayant permis aux sciences de faire un bond gigantesque, ont exagéré les contradictions et aberrations des travaux alchimiques, les discréditant et les considérant comme un assemblage d'absurdités et de folies. À présent, on se rend compte qu'une folie persistant avec tant de force pendant des siècles doit être prise au sérieux et doit être étudiée, même si cela doit révéler jusqu'à quel point l'humanité peut déraisonner. La grande passion actuelle du public pour la lithothérapie, associant soin et méditation avec minéraux et cristaux, serait-elle une forme d'alchimie ?

Mixage et réalisation : Maxime Wathieu